Archives pour la catégorie Style

Auto Added by WPeMatico

Mode et éthique : petit bilan

À l’heure où je commence à rédiger cet article il fait 8 degrés et il pleut des cordes depuis à peu près 6 jours… Donc ne vous étonnez pas, je suis comme vous, je me noie sous le temps pourri mais j’ai profité d’une très belle journée il y a quelques temps pour immortaliser ce nouveau #cocoethicootd !

Depuis début 2018 j’ai entamé un virage dans ma consommation de fringues. Je vous parle de mes trouvailles avec les #cocoethicootd, mais aussi de comment « éthiquiser » sa garde-robe facilement et sans y laisser un rein, comment habiller son marmot en mode plus green avec le seconde main, comment se saper en étant enceinte sans tomber dans les bas fonds de la fast fashion et consommer à outrance pour une si courte période

Bref, c’est un peu mon cheval de bataille e surtout un sujet qui me passionne.

Et même si je continue parfois à craquer chez les démons de la fast fashion je dois reconnaître que je suis plutôt contente de mon parcours. Quand je regarde quelques années en arrière je m’étrangle légèrement en repensant aux TONNES de fringues que je consommais chaque mois. Notamment à cause des différents partenariats que j’entretenais depuis des années avec des marques de vêtements ou des shop multi-marques qui me permettaient, chaque mois, de passer des commandes complètement délirantes. Mais aussi parce que j’étais dans un mode de consommation clairement compulsif. J’organisais régulièrement des « virées shopping », j’étais du genre à aller faire les magasins le premier jour des soldes et à revenir avec sensiblement tout et n’importe quoi, j’avais un dressing géant qui débordait de fringues que je n’aimais qu’à moitié, qui étaient de qualité vraiment discutable et qui provenaient pour beaucoup d’enseignes vraiment bof.

Je suis loin d’être irréprochable (en même temps pour espérer m’approcher de l’irréprochabilité faudrait déjà que j’essaie d’y parvenir, ahah) mais je me sens mieux dans mon armoire et plus en accord avec certaines valeurs qui me sont chères.

Bon, loin de moi l’idée de vouloir m’auto-balancer des gerbes de fleurs mais je suis d’avis qu’il est toujours bon de regarder parfois un peu en arrière pour se souvenir d’où on vient, du chemin parcouru et se dire peut-être « ah ben c’est quand même cool ».

Aujourd’hui j’ai toujours une graaaande passion pour les fringues. Dans mes rêves les plus fous je deviens parfois minimaliste adepte de la capsule wardrobe et je possède genre 12 fringues. Mais en réalité j’aime les vêtements et j’aime en consommer (et si tu es comme moi, je t’assure que c’est pas la fin du monde et non nous ne sommes pas des monstres qui brûleront en enfer ou dévorés par des bébés chats)(quel est le pire ? Vous avez 2h).

Pour rendre ma consommation plus planète-sympa je me base donc principalement sur trois axes :

  • les marques (plus) éthiques
  •  le seconde main
  • et porter mes fringues

Le premier axe est de loin le moins abordable mais d’un autre côté le plus facile. Les marques qui s’engagent fleurissent de tous les côtés (et c’est quand même super cool !) et travaillant moi-même à rendre ma propre marque de prêt à porter de plus en plus « éthique » c’est vraiment un milieu qui me passionne autant qu’il me fascine.

CHEMISE NUMÉRO 7

Ici c’est notre petite fierté. Cette chemise est quasi entièrement française (du tissage du tissu jusqu’à la confection en passant par le développement). Elle est en coton 100% bio et certifié GOTS (tissu, teinture…tout est earth-friendly). Et enfin, si on la débarrasse de ses boutons, elle est entièrement compostable. Autrement dit c’est une pièce qui peut potentiellement ne nécessiter aucune ressource supplémentaire pour terminer sa vie tranquillou et qui, si on n’en veut plus peut retourner à la terre oklm.

C’est un peu la même idée que la gamme Cradle to Cradle dont je vous avais parlé il y a quelques mois…mais en plus simple (aka tu peux l’enterrer au fond de ton jardin si le coeur t’en dit).


Ensuite acheter de seconde main était déjà un réflexe que j’avais pour la déco, l’ameublement, les trucs comme la vaisselle, les livres et j’en passe, et ce depuis loooongtemps #passionemmaüsTMTC. Mais côté mode, mis à part quelques achats de ci de là dans des friperies que je croisais lors de voyages, je n’étais vraiment pas une grande adepte. Le « style vintage » n’étant clairement pas quelque chose qui me parle, je me sentais bloquée et surtout pas du tout attirée.

Et puis… Vinted est arrivé. Et là j’ai compris tout l’intérêt et toute la magie de l’achat de seconde main. Ca prend un peu des plombes (mais perso je rentabilise à donf les moult siestes que je fais avec mon fils…où lui dort, mais moi non)(comme d’habitude, en somme…) mais finalement une fois qu’on a ciblé un peu ce que l’on cherche ou ce dont on a envie grâce aux filtres, aux marques etc. c’est pas si pire que de naviguer sur un eshop Zara qui dégueule de choix. On trouve de TOUT, de toutes les marques, de toutes les tailles, de tous les prix, on peut vraiment (mais genre vraaaaaaiment) faire des affaires de dingue et trouver des merveilles.

Je pense potentiellement vous faire un petit haul de mes dernières trouvailles… Ça pourrait vous donner un bel aperçu de ce que l’on peut y trouver, et à quels prix !

SHORT LEVI’S

J’adore Levi’s. C’est vraiment une des enseignes dans laquelle je rentre systématiquement quand j’en croise une. Mais bon, les jeans à 100 balles, les étiquettes souvent en cuir, l’impact écologique assez catastrophique qu’on connait du denim classique, l’éthique qui doit pas être géniale du côté des conditions de fabrication et tutti quanti… autant de facteurs qui font que j’essaie maintenant de me tourner vers le seconde main.

Et c’est, jusqu’à maintenant, un franc succès ! Quand je pense que j’ai payé ce short 20€, qu’il est dans un état irréprochable (oui pour moi un short un peu déglingué et délavé c’est « irréprochable »… Chacun ses critères hein, don’t judge me) et que cet achat a permis de donner une seconde vie à une fringue qui a quand même nécessité des tas de litres d’eau, de ressources et sans aucun doute de produits chimiques… Peut-on faire plus satisfaisant et planète-friendly ? J’en doute.


Et enfin porter mes fringues, ultime axe auquel je m’attèle depuis maintenant un moment. Parce que, non, acheter un truc chez Zara ou H&M ou Primark n’est pas le pire que l’on puisse faire. Le pire c’est définitivement d’acheter chez ces enseignes…et de ne pas porter ce que l’on y a acheté.

J’en ai souvent parlé mais on ne peut pas associer obligatoirement fast fashion et qualité de mierda. J’ai certaines pièces de fast fashion depuis des années, je les ai portées, portées et re-portées et elles sont nickel.

Donc oui, la fast fashion, si on peut on évite mais si on ne peut (ou si on ne veut) pas, le mieux que l’on puisse faire (et ce qui importe vraiment au final) c’est de choisir le plus consciencieusement possible, d’aimer et de prendre soin.

CEINTURE HARLEY DAVIDSON – BASKETS GOOD GUYS X GALERIES LAFAYETTE

Cette ceinture je l’ai achetée quelques mois avant de décider de ne plus acheter de cuir et de trucs qui viennent des animaux. Je ne l’ai pas portée pendant longtemps… Parce que je ne me sentais pas à l’aise et surtout, je pense que j’étais à la recherche d’une sorte de « pureté » un peu con, qui fait que je m’interdisais de sortir avec ce genre de trucs sur le dos…

Avec le recul et les années j’ai bien revu ma copie et maintenant je n’ai plus aucun problème à porter les quelques trucs en cuir qu’il me reste (bon sauf l’ultime veste en cuir que je possède encore parce que l’odeur m’écoeure totalement) et que j’ai depuis longtemps. Pareil pour la laine, j’ai changé de point de vue cet hiver et si je n’en achète toujours pas neuve j’ai décidé que l’acheter d’occasion était ok pour moi (principalement parce que le synthétique c’est quand même caca et souvent de mauvaise qualité et que la laine reste une valeur sûre, chaude et à priori de qualitey).

Donc porter, porter, porter encore, rentabiliser, aimer et prendre soin. C’est un des piliers de « l’éthiquisation » de ma garde-robe.


Voilà pour ce petit bilan totalement imprévu ! Bon lundi et surtout… BON ÉPISODE 5 DE GAME OF THRONES ! (bah quoi ?)

|chemise Numéro 7 – short Levi’s – ceinture Harley Davidson – baskets Good Guys x Galeries Lafayette – BO « N7 » Salomé Charly (non commercialisées) et Fashionology – bagues ancienne et Bodhicitta |

Cocoethicootd – California edition

On se retrouve en direct de la merveilleuse sunny californie !

Non c’est faux.

Mais laissez moi y croire l’espace d’un article.

Soyez pas vache.

Au programme de ce #cocoethicootd, du beau, de l’éthique, de la nouvelle matière de foufou et du seconde main !

Tee-shirt d’allaitement Tajine Banane : J’étais ravie de pouvoir enfin tester les t-shirts d’allaitement de Tajine Banane ! Déjà conquise par le sweat et le tee à manches 3/4, je dois avouer que la version tee-shirt s’est trouvée teeeeellement bienvenue quand le soleil a recommencé à pointer le bout de sa trogne. Ce tee-shirt est génial parce qu’il est créé avec amour à La Rochelle, fabriqué au Portugal et certifié Oeko-Tex. Must have d’allaitement absolu !

• Levi’s 501 : Je vous en ai parlé dans ma dernière vidéo favoris, je suis amour pour ce jean ! Payé 20€ sur Vinted, délavé et ramolli juste comme il faut, bien court comme je les aime. Alors c’est vrai qu’acheter un jean d’occasion, sans pouvoir l’essayer, ça peut sembler un peu quitte ou double… Mais ici le gros avantage c’est que je connais ma taille chez Levi’s et je connais aussi les modèles qui me vont. Du coup le shopping de Levi’s d’occasion c’est les doigts dans le nez !

Sac Angela Roi : À la fin de ma grossesse j’ai sombré dans les bas fonds de Netlflix et j’ai dévoré, affalée sur mon canapé, la première saison de Yummy Mummies , une téléréalité qui suit la grossesse de 4 australiennes et…mon dieu… Je ne sais pas si c’est à voir pour l’aspect psycho-sociologique du truc ou si c’est à fuir mais toujours est-il que (et oui je sais vous vous demandez pourquoi je m’étale sur cette vieille émission alors que je suis censée vous parler de ce sac…)(wait and see) j’ai découvert grâce à cette émission le concept du « push present ». Le push present ce n’est ni plus ni moins le cadeau que reçoit une femme après avoir accouché. Alors dans Yummy Mummies les nanas reçoivent des bijoux avec un prix à 7 ou 8 chiffres (une bricole, quoi…) ou carrément un Range Rover. Neuf.

Moi à la maternité mon mec m’a ramené une choucroute.

Du coup je me suis offert ce sac comme push present de moi à moi.

Voilà. Tout ça pour ça.

Et donc les sacs Angela Roi sont vraiment (VRAIMENT) mes favoris de tous les sacs de la véganie ! De la qualité du simili aux finitions en passant par les coloris et les formes, je les aime à peu près tous. Ils ne sont pas donnés, on s’en doute, mais j’en ai un autre que j’ai porté quasi non stop pendant un an et le truc n’a pas-bou-gé.

Boucles d’oreilles Patine : Je suis en adoration devant ces BO ! Déjà parce qu’elles sont canons mais surtout parce que, once again, Patine a frappé fort ! Au départ tu peux te dire ouais ben super l’éco-responsabilité avec de la BO en plastique dégueulasse… Et puis d’un coup tu lis « bio acétate – coton – bois – plastifiant naturel maïs – sans phtalate – made in Italie » ben tu remballes ta rage et tu applaudis.

J’espère que cette nouvelle édition de #cocoethicootd vous a plu ! Je retourne à mon soleil Lorrain…enfin…mes nuages…enfin…ma pluie. Enfin…vous avez compris.


|veste Levi’s (ancienne co.) – tee-shirt Tajine Banane – jean Levi’s 501 (2nde main) – Converse (ancienne co.) sac Angela Roi – BO Patine – Collier « Joseph » Monsieur Paris|

COCOETHICOOTD N.5 – Allaitement edit

[Ça c’est moi quand on me parle de vêtements d’allaitement. AH. AH. AH.]

Je vous racontais dans le dernier épisode que je ne m’étais pas ruée sur les vêtements d’allaitement. Parce que clairement ce n’est pas vraiment un besoin que je ressens mais aussi (et surtout, j’avoue) parce que merde tout est moche.

C’est quoi le délire des types ?? On vient de passer 9 mois en galère à plus savoir quoi se foutre sur le dos, à hésiter tous les matins entre hmmm plutôt pyjama ou plutôt pyjama aujourd’hui ? Ou oh tiens je pourrais aussi enfiler ce merveilleux sac poubelle format 50L ! Et le corps juste après l’accouchement…euh viens on n’en parle même pas, mais en plus de tout ça si on veut vraiment allier confort et praticité pour allaiter on doit se coltiner le même top vilain dispo en 4 coloris + 1 imprimé un peu nul ?!

NO WAY les gars.

Bon, et plus sérieusement au delà de ça je trouve que les vêtements d’allaitement ne sont pas une vraie, vraaaaie nécessité. Personnellement la plupart du temps je porte soit une chemise que je déboutonne allègrement pour nourrir mon petit gras (non j’ai pas inversé de lettres)(le type fait 7 kilos à 3 mois, je vous jure qu’il n’est que grassouillerie), soit un combo débardeur et pull/sweat : je remonte le sweat, je baisse le débardeur et hop, à la soupe tout le monde ! Et quand on a besoin d’un peu d’intimité on a toujours un lange qui traîne ou un petit coin un peu isolé dans lequel on peut se caler.

NÉANMOINS quand j’ai découvert et enfilé les pièces Tajine Banane, d’un coup d’un seul mon univers a changé. En ce bas monde il existe donc des vêtements prévus spécialement pour faciliter la vie des femmes qui allaitent, qui soient jolis, quali et éthiques ? Et quand tu ajoutes à l’équation l’histoire de la marque qui est juste ❤️😭, comment vous dire que je suis séduite à vie ? en vous disant que je suis séduite. À VIE.

En clair ce sweat est devenu mon meilleur ami et il passe à la machine dans les 24h qui suivent l’état « ok trop de taches de vomi c’est chaud » (soit dit en passant c’est con hein, si j’étais plutôt du genre à m’habiller tout en blanc ou en beige j’aurais l’air vachement moins sale). Et franchement ce système de zip (si vous regardez bien vous verrez deux zips sur les côtés du sweat) est juste génial et tellement pratique ! Alors oui, en soi ce n’est pas indispensable mais qu’est-ce que ça fait du bien !

Mais bon.

La mauvaise nouvelle…

C’est qu’il est épuisé.

la foule au loin « ah ben c’est bien la peine de nous faire rêver avec son putain de sweat qui a changé sa vie et celle des ses boobs vu qu’on peut même pas mettre la main dessus franchement merci pas merci hein »

MAIS LA BONNE NOUVELLE C’EST QUE J’EN AI UN À VOUS FAIRE GAGNER ! 

la foule toujours « ouais bon elle aime bien en faire des caisses et les ascenseurs émotionnels on peut pas lui en vouloir… »

Ali, la créatrice, en garde précieusement un dans chaque taille pour l’une d’entre vous !

la foule encore « Merci Aliiiiiiii »

Je vous donne donc rendez-vous sur mon compte Instagram pour tenter votre chance !


| sweat TajineBanane – jean Zara (ancienne co.) – baskets Good Guys x Galeries Lafayette – bagues Atelier B et achetée en Jordanie – casquette sans marque (2nde main) |

Cocoethicootd – N.4 – The post partum edit

Aaaaah s’habiller après une grossesse… Quelle joie !

C’est faux.

Si le corps change durant la grossesse je trouve le dit changement bien plus facile à appréhender que le changement brutal du 10h22 : tu es enceinte – 10h23 : ah, ça y est, tu n’es plus enceinte.

Allez.

Salut !

Pendant 9 mois les choses sont progressives, tu as le temps de te retourner (enfin jusqu’à un certain stade), le temps d’adapter ta garde robe et, comme vous le savez, dans mon cas j’ai continué à porter mes vêtements « normaux » pendant longtemps.

Mais l’after grossesse… au secours.

Sans même parler de kilos en trop, le simple fait d’allaiter déjà, ça complique les choses : les 3/4 de mes chemises ne me vont plus. Ou alors déboutonnées jusqu’au nombril et bon… Bif bof. J’oublie aussi toutes les robes sans boutons sur l’avant. Les combinaisons on n’en parle même pas. Du côté des pantalons laisse tomber j’ai supporté de continuer à porter mes jeans de grossesse 2 semaines avant de me ruer dans le premier H&M que j’ai croisé pour acheter un jean à ma taille – qui est encore resté trop petit pendant 10 jours et qui maintenant commence à être trop grand à la taille mais pas aux jambes. Ni-ckel merci la vie – Côté pulls pas trop de soucis vu que je suis adepte du pull ample mais par exemple un pull trop long ou trop épais c’est un peu relou quand tu dois déballer tes seins 8 fois par jour. T’as assez galéré, t’as pas envie d’étouffer ton enfant dans un pull Acne.

Et j’ai l’impression que dans la globalité tu oscilles toujours entre « ah j’ai envie d’être sur mon 31, allez je fais un effort ! » et « lance-moi donc ce jogging plein de lait caillé, va, ça fera très bien l’affaire ».

Sans compter que tous ces détails mis à part il faut surtout avoir LE TEMPS de s’habiller !  Ces 2 derniers moi je ne compte plus le nombre de journées que j’ai passées en pyjama jusqu’à midi parce que pas le temps ou quand tu as le temps tu préfères aller faire pipi et te brosser les dents ou, typiquement à l’heure où j’écris ces lignes, j’ai un rendez-vous dans exactement 45 minutes, j’ai mis mon fils en écharpe le temps de me maquiller mais évidemment je me suis dit « allez, je reste en pyjama le temps de » et forcément il s’est endormi et maintenant je n’ai plus envie de le déranger et je vais donc avoir quelque chose comme 17 secondes pour enfiler une tenue digne de ce nom quand je pourrais passer le flambeau (le flambeau étant ici le bébé hashtag métaphore yakoi).

Pour résumer, on fait comme on peut. Et c’est déjà vachement bien.

Malgré tout j’ai quand même réussi à vous pondre un petit #cocoethicootd avec ce sweat Phipps que j’ai pris en taille L parce que définitivement le S j’oublie jusqu’à ce que mes seins ne servent plus de frigidaire – mais le M aurait fait l’affaire. Sauf que le M était épuisé et que je voulais vraiment ce sweat – ne juge pas les obsessions de la femme qui vient d’accoucher, merci –  donc le L me semblait une sage option pour être à l’aise et surtout caser tout ce que j’ai à caser. hashtag on est bien même si oui objectivement c’est trop grand mais osefPhipps une marque éthique j’ai découverte via Manifeste 001 (THE eshop vegan à connaître si tu aimes t’habiller en noir et blanc et les belles marques), dont le reste des collections me laisse somme toute un peu pantoise mais ce sweat et moi on était vraiment fait pour s’entendre !

On ajoute à ça un autre achat dont je suis plus que ravie, ce legging en simili vegan Jean Louis Mahé. On savait qu’ils faisaient des sacs canons… Et bien maintenant ils font aussi des fringues ! danse de la joie Le truc est une dinguerie absolue, confortable au possible, taille haute (ça fait effet gaine et ça on aime) et avec une matière des plus réussies ! Et fabriqué en France. What else.

Et pour finir les chaussures qui ne me quittent plus, mes Molly Glitter de Dr. Martens parce qu’être habillée – un peu– comme un sac ok, mais uniquement avec des paillettes aux pieds.

En bref une tenue de combat quasi parfaite. Au détail près que, ahahah, le noir et les bébés c’est de loin la pire équation possible. Mais…who cares ?


| sweat Phipps – legging en simili-cuir Jean Louis MahéDr. Martens modèle Molly Glitter |

All black

Je vous mets direct Johnny dans la tête ou j’attends encore un peu ?
Et non, pas parce que mon pays c’est l’amour (…)(prend-on le temps de commenter ce titre d’album ?.. Non ? Ok.) mais parce que ce look signe officiellement mon retour dans la catégorie noir c’est noir mais t’inquiète y a encore de l’espoir.

Alors j’aurais adoré vous présenter un petit #cocoethicootd mais avec cette robe Bershka… bon… comment vous dire ?

Néanmoins cette robe c’est mon petit bonheur ! Prise en taille M (histoire d’être sûre et certaine que mon bide passe laaaarge) et super stretch (omg le bonheur… Je ne pensais pas dire ça un jour mais : VIVE LE STRETCH), c’est ma petite robe de quand j’ai le courage de quitter mon legging troué et mes gros pulls et que j’ai envie de faire croire au monde entier que non, je ne suis pas une femme enceinte depuis 233 jours (237 au moment où vous lisez ces lignes) totalement au bout de sa vie qui passe la moitié de ses journées à regarder les feuilles d’automne tomber en attendant que le temps passe le tout entrecoupé par quelques recettes de cake aux pommes et aux amandes qu’elle engloutit en moins de temps qu’il n’en faut pour dire je suis enceinte depuis 233 jours.

Bref, la robe que je ne regrette pas d’avoir achetée.

Mais du côté éthique de la force il faut quand même que je vous parle de mes collants.

(Je sais. Toujours plus loin dans les sujets passionnants)

Puisque quand tu es enceinte, les collants, au delà du simple fait que les enfiler s’apparente à tenter un parcours de Ninja Warriors avec les bras attachés dans le dos et un oeil crevé, c’est un peu la plaie.

En porter des normaux, clairement, au bout d’un moment tu ne peux plus (ou alors tu meurs étouffée). Ne pas en porter, à moins de vivre en Californie tu risques aussi d’y laisser la vie. Et alors pour avoir testé les H&M Mama, grand dieu… En plus d’être objectivement moches (comment on peut faire des collants moches, sérieux ?) ils sont effroyablement inconfortables en plus d’avoir une qualité qui laisse franchement à désirer (aka si tu as les cuticules un peu sèches, laisse tomber tu les files avant même de les avoir sortis de la boîte).

BREF.

VIENS EN AUX FAITS, COLINE.

Ceux que je porte sont géniaux et je vous les recommande vivement ! Ce sont des Swedish Stockings qui en plus d’être hyyyyper confortables, de ne pas du tout t’écrabouiller le bide sont faits à partir de nylon recyclé ! En bonus leurs usines travaillent à l’énergie solaire, ils purifient l’eau de leurs teintures avant de la remettre dans les circuits, leurs usines sont zéro déchets et ils ont un recycling club pour les collants usagés (!) en gros vous envoyez au moins 3 paires (et pas forcément des Swedish Stockings) de collants usagés et ils vous offrent un bon de réduction. Si c’est pas cool.

Viennent ensuite mes si merveilleuses docs toutes de paillettes vêtues que la marque a eu le bon sens de fabriquer sans cuir, ce qui en fait presque officiellement les chaussures les plus cool du monde !

Et enfin mes bijoux Aglaïa, que vous commencez à bien connaître maintenant et que j’aime toujours tellement ! Dans le game du bijoux éthique la marque reste constamment sur mon podium ! Des bijoux fabriqués en France, un prix juste, un pourcentage de chaque commande versé à une association, sans oublier la qualité et la durabilité… Si Aglaïa passait son bac ce serait cet élève qui ressort avec une moyenne de 20,5/20 !

D’ailleurs, pour rappel, le code EPPC vous offre toujours 10% de réduction sur l’intégralité de la boutique !


Sur ces bonnes paroles… Comment vous dire que je me suis réveillée à 3h du matin et que je vais maintenant rejoindre mon chien sur le canapé pour terminer ma nuit !

❤️


#lespositionstrèsnatourelles
 Robe Bershka 

Collants « mama » Swedish Stockings 

Molly Glitter Dr. Martens

BO Elegance en grenat Aglaïa *

BO Corne en onyx Aglaïa *

Bague Saint Gervais en onyx Aglaïa *

Bague Liberty en onyx Aglaïa *

Bague Imagine en quartz gris Aglaïa *

* 10% sur tout le site avec le code EPPC – placement de produit