Heliaca, qui l’eût cru ?

Depuis quelques mois, Jean-Claude Ellena est directeur de la création olfactive pour le Couvent des Minimes.

Sous sa direction, la collection des Eaux de Parfums Singulières a vu le jour, et compte aujourd’hui cinq fragrances (créées avec cinq parfumeurs), toutes dédiées à / inspirées de figures animales marquantes.

J’étais persuadée que Lysandra (la grâce du papillon) me conviendrait le mieux car il est construit à base de mandarine et de jasmin (les deux ensemble = le rêve). Mais il est aussi un peu poudré, et tourne malheureusement à quelque chose de trop “féminin à l’ancienne un poil sucré” sur moi.

Après un atelier avec Jean-Claude Ellena et une découverte approfondie des cinq parfums et de leur construction, j’ai décidé de tester quelque chose qui ne me ressemble pas une seule seconde, car les ingrédients m’intriguaient : Heliaca (la puissance de l’aigle), créé avec Amélie Bourgeois. Bien que la gamme ne soit pas genrée, c’est sans doute le plus “masculin” des cinq.

Il est construit sur le gingembre, la cardamome… et le bois de Oud ! JAMAIS je n’aurais pensé apprécier un parfum qui contient de l’oud, c’est tellement l’inverse de ce que j’aime habituellement (chaud, sensuel, presque sucré… moi qui n’aime que le citron ;-)) !

J’avais du mal à croire qu’il fonctionnerait sur moi, puis je l’ai essayé chez moi tranquillement et j’ai constaté qu’il était très très beau, réconfortant et enveloppant, pas vraiment sucré ; c’est sans aucun doute un boisé épicé, comme le décrit la marque.  Au bout de quelques heures sur moi il sent le bois et l’encens, puis finalement juste le bois fumé, c’est vraiment magnifique.

Monsieur Ellena est décidément très fort 😉 (c’est sa 2ème “victoire inattendue” en un mois).